Groupe majorité municipale - Décembre 2021 / Janvier 2022

Un nécessaire partage de l'espace urbain pour mieux habiter et circuler

Bordeaux est la ville-centre d'un grand ensemble métropolitain : vers elle se concentrent habitants, emplois et grands équipements. Cette attractivité peut rendre l'accès au logement compliqué et génère une forte croissance des déplacements. Loin de tout "magnétisme", nous souhaitons un réel partage de l'espace urbain, afin que chacun puisse mieux habiter et circuler à Bordeaux.

L'aménagement actuel de la ville est l'héritage de décisions passées : pour le tout-automobile, avec une concentration des emplois dans certaines zones et des logements dans d'autres. Nous vivons pourtant dans une ville à taille humaine : la plupart des quartiers bordelais est située à moins de 4 km de la place Pey-Berland.

Les Bordelais aspirent à ce que leurs déplacements quotidiens soient plus apaisés, plus rapides, plus fiables, plus sécurisants et décarbonés. Le passage vers les mobilités douces et les transports en commun ne peut pas uniquement relever du ressort individuel : nous mettons en place les aménagements et infrastructures nécessaires. Nous travaillons en lien avec tous les acteurs selon leurs compétences, à améliorer l'offre de transports en commun et l'intermodalité. Les moyens ne doivent pas se focaliser sur l'hypercentre, mais aussi sur l'extraboulevards. En plus de la multiplication des couloirs-vélos, les grandes discontinuités cyclables sont en cours de résorption. La limitation de la vitesse de circulation, l'extension du stationnement payant et la modification du plan de circulation en centre-ville contribuent à redonner à la voiture sa juste place. L'espace supplémentaire donné à l'autopartage permettra à certains de se passer d'une deuxième voiture. Il doit faire bon marcher en ville : en bénéficiant d'itinéraires aménagés, à l'ombre des arbres, avec des fontaines, des bancs, des trottoirs désencombrés accessibles à toutes et tous...

Nous devons aussi pouvoir "mieux habiter". En poursuivant l'objectif des 25 % de logements sociaux, nous luttons contre l'étalement urbain et permettons aux plus modestes de vivre en ville. Nous avons l'ambition d'y parvenir tout en maintenant une règle de "zéro artificialisation" des sols. Trouver un loyer accessible à Bordeaux est aujourd'hui trop difficile : l'expérimentation de l'encadrement des loyers est une mesure pragmatique que nous allons tester. La qualité du logement est également cruciale : avec le permis de louer, chaque nouveau bien mis en location sera obligatoirement contrôlé. Enfin, le label "bâtiment frugal bordelais" qui s'impose désormais à tout constructeur, permet de mieux contrôler les matériaux, le système énergétique ou encore l'impact climatique des logements.

Toutes ces modifications, si elles sont nécessaires, ne sont pas évidentes car elles impliquent des changements dans nos comportements. Nous agissons ainsi toujours dans la concertation, afin d'être au plus proche de vos remontées de terrain et d'adapter ces évolutions.